image+nation culture queer

LOVE, SPELLS AND ALL THAT

Ümit Ünal | Turquie | 2019 | 96 min | V.O. TURQUE S.-T.A.

Eren (jouée par Ece Didzer avec la grâce rigide d’une ballerine) est de retour sur la magnifique île turque où elle a grandi — et d’où elle a été exilée — par la découverte de lettres issues de son passé avec Reyhan (Selen Ucer). C’est du moins ce qu’elle croit.

Bien qu’elle ne soit pas habituellement encline aux superstitions, Reyhan attribue son attirance à Eren à un sort jeté par un insulaire aux «pouvoirs incroyables», et elle ne reculera devant rien pour annuler ce sort afin de pouvoir retourner à sa vie conventionnelle avec Gökhan (Uygar Özçelik), son copain. Alors que la prose romantique des lettres de Reyhan est partagée en voix hors champ et que les deux femmes se disputent dans les rues de ce paradis vallonné, l’ampleur du traumatisme de leur passé apparaît au grand jour. Et sous l’œil vigilant et invisible de Gökhan, une réconciliation semble à la fois impossible et prête à s’épanouir. Ümit Ünal prend l’histoire classique de « la fille riche tombant amoureuse de la fille pauvre » et l’injecte de dialogues pétillants, de deux actrices étonnantes et d’une fascinante toile de fond, créant un film aussi envoûtant que sa citation d’ouverture : « Deux filles découvrent le secret de la vie dans une ligne de poésie soudaine. »